Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Lotus Europa, la seule vraie voiture européenne

Dans Rétro / Saga des marques

Serge Bellu

ROUTE DE NUIT. L’actualité culturelle autour de l’automobile nous offre l’occasion de belles rencontres autour de la créativité.

La Lotus Europa lors de son lancement en 1966.
La Lotus Europa lors de son lancement en 1966.

Au cours de ces dernières semaines du printemps, on parle beaucoup d’Europe. Toutefois, il est vain de définir à quoi ressemble une voiture « européenne » car les marques défendent bec et ongles leurs identités nationales.

La France, l’Allemagne et l’Italie ont jalousement entretenu leurs patrimoines et on ne s’en plaindra pas. Plutôt qu’un nivellement qui uniformiserait les lignes, les groupes multinationaux s’emploient à maintenir une coloration singulière au style de leurs produits en fonction de chaque origine géographique.

C’est ce qui a toujours été fait au sein du groupe Volkswagen soucieux de distinguer de ces marques allemandes ses filiales espagnoles (Seat) et tchèque (Škoda). C’est la difficulté que rencontre aujourd’hui Stellantis qui doit différencier la latinité de Lancia, par rapport à la francité de Citroën ou de Peugeot, au caractère germanique d’Opel ou aux accents américains de Jeep.

Leur patrimoine est précieux car rares sont les pays de l’Union Européenne qui dispose encore d’une industrie nationale : outre l’Espagne et la République tchèque déjà citées, il ne reste que Volvo en Suède et Dacia en Roumanie qui ont survécu.

Une ligne fabuleuse mais une visibilité désastreuse vers l’arrière.
Une ligne fabuleuse mais une visibilité désastreuse vers l’arrière.

Il reste donc une vingtaine de nations qui accueillent des unités de production en assurant la sous-traitance de modèles nés ailleurs.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Alors rendons hommage à la seule voiture de l’histoire qui pendant plusieurs années assuma son essence européenne : la Lotus Europa. Manque de chance, elle implique un pays qui a lâchement quitté le navire… Présentée en décembre 1966, elle se vantait d’être le fruit d’une coopération semblable à celle qui donna naissance au Concorde en 1969.

L’Europa et le Concorde au temps de l’entente cordiale
L’Europa et le Concorde au temps de l’entente cordiale

La Lotus Europa associait un moteur français et une coque britannique : un moteur de Renault 16 (un 1470 cm3 en alliage léger, développant 82 ch à 6000 tr/min) placé au centre d’un châssis-poutre habillé d’une superbe carrosserie dessinée par John Frayling. L’Europa était spartiate mais typée, peu puissante mais ultra-légère (650 kg).

En 1971, Renault cessa de livrer les moteurs à Lotus pour ne pas faire d’ombre à l’Alpine A310

L’Europa a fini par perdre son moteur Renault au profit d’un Ford Cosworth.
L’Europa a fini par perdre son moteur Renault au profit d’un Ford Cosworth.

Après ça, on ne s’étonnera pas que les Anglais aient choisi le Brexit.

En savoir plus sur : Lotus Europa

Lotus Europa

SPONSORISE

Actualité Lotus

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire