Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Mini Countryman JCW 2024 : le "gros-Kart" feeling

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Alexandre Bataille

La nouvelle génération de Countryman reconduit une bouillonnante version John Cooper Works. Animé par un moteur essence de 300 ch, le SUV chic de Mini explose les scores. Des scores de poids, de taille et de prix. 

Mini Countryman JCW 2024 : le "gros-Kart" feeling

En Bref

SUV compact
3e génération
Puissance : 300 ch

Le nouveau Countryman débute sa carrière commerciale dans l’Hexagone avec une offre de motorisations très diversifiée qui s’étend du 100% électrique au diesel en passant des blocs essence traditionnels. Malgré une tendance au verdissement le constructeur britannique a fait le choix de reconduire l’insolente version sportive baptisée John Cooper Works dont l’addition finale stratosphérique flirte avec les 83 000 €.

4 sorties d'échappement pour le nouveau Countryman JCW.
4 sorties d'échappement pour le nouveau Countryman JCW.
De série le SUV repose sur des jantes de 19''. Ici les jantes optionnelles de 20'' sont chaussées de Pirelli P-Zero très efficaces.
De série le SUV repose sur des jantes de 19''. Ici les jantes optionnelles de 20'' sont chaussées de Pirelli P-Zero très efficaces.

En France, pour notre version d’essai, il faudra ajouter au tarif de 57 843 € un costaud double malus (CO2 : 23 730 € / Poids : 1 350 €). A ce prix, la plus imposante des Mini enfile un jogging composé de jantes alliage de 19’’ (20’’ sur notre modèle d’essai), d’un échappement à 4 sorties, de barres de toit noir brillant, d’un freinage surdimensionné et de nombreux badges à l’effigie du fondateur (calandre, hayon et custodes). Cette livrée blanche, n’est la plus saillante du catalogue mais elle permet de mettre en avant les nouveaux éléments de style du Countryman comme les optiques full LED avec animations, le pavillon flottant biton ou encore l’imposant capot creusé.

Le volant, les sièges, le pédalier et quelques badges signalent le pedigree de cette version John Cooper Works.
Le volant, les sièges, le pédalier et quelques badges signalent le pedigree de cette version John Cooper Works.

A bord, cette Mini JCW embarque le meilleur du catalogue comme la sellerie similicuir, les sièges et le volant sports siglés, le toit panoramique en verre ou encore la puissante sono harmann/kardon. La présentation totalement bouleversée est moderne et très numérique. Tout est regroupé dans l’imposant écran circulaire de 24 cm de diamètre. Ce dernier présente une qualité graphique et des performances vraiment excellentes. Ce qui l’est moins, c’est la qualité de présentation, en retrait par rapport à la précédente génération.

Le volant sport JCW est très plaisant à prendre en mains.
Le volant sport JCW est très plaisant à prendre en mains.
Les sièges baquet sont confortables bien enveloppants.
Les sièges baquet sont confortables bien enveloppants.

La planche de bord est recouverte d’un tissu avec incrustation de lumière d’ambiance, un décor agréable mais un nid à poussière. On regrette surtout l’apparition de plastiques de piètre qualité (durs et brillants) sur le haut de la planche de bord et les habillages de portes. Qu’elle soit badgée JCW ou non, cette Mini Countryman met son gain de taille à profit des passagers. Les places arrière sont vastes et les rangements foisonnent. Le coffre malgré la présence d’une transmission intégrale ALL4 se place toujours dans la moyenne avec un volume qui oscille entre 450 et 1 450 litres.

Le 2.0 Bi-Turbo développe 300 ch et un couple maxi de 400 Nm.
Le 2.0 Bi-Turbo développe 300 ch et un couple maxi de 400 Nm.
La transmission à 7 rapports dispose d'un mode Boost.
La transmission à 7 rapports dispose d'un mode Boost.

Le cœur de cette version c’est naturellement son moteur. L’offre évolue avec l’arrivée d’un nouveau 2.0 suralimenté d’origine BMW, également proposé avec le BMW X1 35i. Ce dernier atteint une puissance de 300 ch et délivre un couple maxi de 400 Nm. Il s’agit d’un nouveau moteur essence bi-turbo, retravaillé et associé pour la première fois à une quadruple sortie d’échappement et couplé à une boîte automatique à double embrayage à 7 rapports avec fonction « boost ». Cet ensemble permet au SUV britannique d’abattre le 0 à 100 km/h en 5,4 secondes et d'atteindre une vitesse maximale de 250 km/h. Des performances en léger retrait par rapport à la précédente génération, qui s’expliquent par l’arrivée de cette boîte.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Le gros 2.0 déroule son couple sans forcer pour offrir des reprises toniques et une allonge assez impressionnante.
Le gros 2.0 déroule son couple sans forcer pour offrir des reprises toniques et une allonge assez impressionnante.

En pratique, ce 2.0 s’avère trop puissant pour le Countryman et notamment pour le train avant très vite débordé par l’excès de couple. Il faudra systématiquement corriger la trajectoire au volant durant les fortes accélérations. Cette débauche de puissance est trop peu tardivement redistribuée par la transmission intégrale. Il faudra donc se montrer vigilant sur les premiers mètres. Ensuite, le gros 2.0 déroule son couple sans forcer pour offrir des reprises toniques et une allonge assez impressionnante. Ce moteur pourrait faire preuve d’encore plus de caractère si la boîte automatique ne faisait pas preuve de faiblesse dans le choix des rapports et si la sonorité, plaisante au demeurant, n’était pas restituée de manière artificielle dans les haut-parleurs. Le crépitement et la sonorité métallique présents à bord du BMW X1 35i, sont ici inexistants. A bas régime, le 4 cylindres fait preuve d’une grande souplesse offrant une conduite des plus agréables.  

Le SUV fait preuve d’une certaine inertie quand il s’agit de se « jeter » dans les courbes rapides. L’agilité est inexistante et toutes les sensations sont aseptisées.
Le SUV fait preuve d’une certaine inertie quand il s’agit de se « jeter » dans les courbes rapides. L’agilité est inexistante et toutes les sensations sont aseptisées.

Ce moteur n’a pas été conçu pour être sobre et cela se voit. Dépourvu d’électrification, il biberonne en moyenne 9,5 l/100 km en conduite « normale » et rejette 180 de CO2/km, ce qui n’en fait pas un bon élève au regard de la fiscalité (malus CO2 : 23 730 €). Mini à eu la bonne idée d’augmenter la taille du réservoir d’essence pour cette version d’une dizaine de litres (54 litres) pour conserver une autonomie digne de ce nom.

Bien campé sur d’imposantes jantes de 20’’ et sur un châssis abaissé de 15 mm, le Countryman JCW n’est pas un modèle de confort mais il parvient à rester vivable à basse vitesse grâce à la présence d’un châssis adaptatif (de série), qui absorbe bien les irrégularités. Ce dernier raidit d’ailleurs les suspensions lorsqu’il s’agit de libérer la cavalerie et c’est assez rassurant. De manière générale, le Countryman reste scotché au sol (notamment pour notre version chaussée de Pirelli P-Zéro). Les transferts de masse sont bien contenus en courbes et la conduite est rassurante en tout point.

Mais il faut bien admettre qu’il est à des années-lumière de l’esprit « Go-kart feeling» revendiqué par la marque et présent sur les précédentes productions. Le SUV fait preuve d’une certaine inertie quand il s’agit de se « jeter » dans les courbes rapides. L’agilité est inexistante et toutes les sensations sont aseptisées. Le poids (1 735 kg) et les dimensions en hausse n’aident pas le Countryman à donner le meilleur de lui-même en conduite sportive. On est davantage sur du « Gros-Kart feeling ». Bon point, le freinage. Ce dernier présente un bon mordant et un feeling à la pédale très plaisant qui rassurent en cas d’urgence. Il en va de même pour la position de conduite améliorée par la présence d’un volant sport à jante épaisse et de sièges à la fois confortables et bien enveloppants.

Chiffres clés *

  • Longueur : NaN m
  • Largeur : NaN m
  • Hauteur : NaN m
  • Nombre de places : 5 places
  • Volume du coffre : 437 l / 1 462 l
  • Boite de vitesse : Auto. à 7 rapports
  • Carburant : Essence
  • Taux d'émission de CO2 : 177 g/km
  • Malus : 18607 €
  • Date de commercialisation du modèle : Novembre 2023

* pour la version III (U25) JCW 300 JCW FINITION BVA7.

Le bonus / malus affiché est celui en vigueur au moment de la publication de l'article.

Photos (32)

En savoir plus sur : Mini Countryman 3

Mini Countryman 3

SPONSORISE

Essais 4X4 - SUV - Crossover

Fiches fiabilité 4X4 - SUV - Crossover

Achetez votre Mini Countryman

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire