Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

La Lamborghini Miura ? Une Mini géante !

Si elle a marqué l’histoire de l’automobile comme étant la 1ère supercar moderne, la Lamborghini Miura doit beaucoup à un autre jalon : la Mini. Voici pourquoi.

La Lamborghini Miura ? Une Mini géante !

 

On a toujours besoin d’un plus petit que soi, dit la fable de Lafontaine. Cela se vérifie particulièrement dans le monde féroce de l’automobile, qui a été chamboulé en 1959 quand est apparue la brillante Mini. Pourquoi ? A cause de sa mécanique hyper-compacte : le moteur et l’ensemble boîte/pont utilisent le même carter, tout en s’installant en position transversale avant.

A sa sortie en 1959, la Mini est badgée soit Morris soit Austin, chez qui elle s'appellera Seven jusqu'en 1962.
A sa sortie en 1959, la Mini est badgée soit Morris soit Austin, chez qui elle s'appellera Seven jusqu'en 1962.

Cette trouvaille influera sur de nombreux constructeurs, puisqu’on la retrouvera notamment dans la Peugeot 204 dès 1965. Si les ingénieurs de Sochaux ont été impressionnés par la petite anglaise, il en va de même pour ceux de Sant’Agatha Bolognese, où se situe Lamborghini. Ils comprennent très vite tout l’intérêt de la disposition technique de la Mini : en la plaçant non pas à l’avant mais au milieu d’une voiture, on obtient un centrage des masses jamais-vu.

Une vue en transparence mettant en valeur l'architecture géniale de la Mini, avec ce fameux moteur transversal.
Une vue en transparence mettant en valeur l'architecture géniale de la Mini, avec ce fameux moteur transversal.

De plus, on peut réduire les dimensions générales du châssis, un gage de légèreté. C’est le raisonnement tenu par Giampaolo Dallara, qui reconnaît avoir été inspiré par la Mini en concevant celle qui deviendrait la Miura. Initialement, il comptait même récupérer la mécanique de l’anglaise pour l’implanter dans une voiture de sport à moteur central et dotée de trois places. Il a soumis l’idée à Ferruccio Lamborghini, qui ne l’a pas rejetée, mais a simplement trouvé que le fabuleux V12 de la 350 GT irait bien mieux que le 4-cylindres A-Series britannique.

Fin 1965, Lamborghini expose au salon de Turin le châssis P400 reprenant exactement l'architecture mécanique de la Mini : moteur transversal surmontant sa boîte de vitesses.
Fin 1965, Lamborghini expose au salon de Turin le châssis P400 reprenant exactement l'architecture mécanique de la Mini : moteur transversal surmontant sa boîte de vitesses.

Ensuite, une autre auto les a inspirés : la Ford GT40, à cause de sa structure monocoque. Ils s’en sont inspirés et le tout a donné le châssis motorisé P400 ultramoderne que Lamborghini a présenté au salon de Turin fin 1965. Il implante en son milieu un V12, en position transversale, au-dessus de la boîte de vitesses. Exactement l’architecture de la Mini !

Un des premiers prototypes de la Lamborghini Miura, en 1966. Spectaculaire et  novatrice !
Un des premiers prototypes de la Lamborghini Miura, en 1966. Spectaculaire et  novatrice !

En 1966, cette base exceptionnelle était habillée par Marcello Gandini (mais pas que…), travaillant alors chez Bertone. Cela a donné la Miura, qui a révolutionné la façon de penser une voiture de sport. 980 kg, 350 ch, vitesse maxi annoncée à 300 km/h : les  Ferrari prenaient un sacré coup de vieux ! A ceci près que la Miura n’était que sommairement mise au point, ce qui est toutefois une autre histoire.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

La McLaren MP4-12C récupère la suspension Hydragas, ou presque, déjà vue sur la Mini. Ici, un prototype de 2009, soit 50 ans après l'apparition de la puce anglaise.
La McLaren MP4-12C récupère la suspension Hydragas, ou presque, déjà vue sur la Mini. Ici, un prototype de 2009, soit 50 ans après l'apparition de la puce anglaise.

Vers la fin des années 2000, une autre supercar a récupéré une innovation utilisée sur la Mini : la McLaren MP4-12C. En effet, celle-ci recourt à une suspension hydraulique où l’avant et l’arrière sont interconnectés pour réagir de façon coordonnée. Oui, c’est la reprise du système Hydragas conçu par Alex Moulton et déjà vu dans la puce anglaise !

D’une manière générale, on a tendance à admirer les supercar et à mépriser les petites voitures. Pourtant, ces dernières recèlent souvent bien plus de jus de cerveau, d’astuce et d’inspiration, qu’elles mettent au service du plus grand nombre. Ou quand l’intelligence surpasse le rêve…

 

 

 

 

 

Mots clés :

SPONSORISE

Avis Citadine

Avis Renault TwizyURBAN 6.1 KWH (2012)

Par  le 27/06/2024

Toute l'actualité

Essais et comparatifs

Commentaires ()

Déposer un commentaire