Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Renault cède certains bijoux de famille et crée la polémique

Dans Loisirs / Expositions

Pierre-olivier Marie

MIDI PILE. La marque au Losange s'apprête à céder une partie de sa collection d'art contemporain, suscitant la colère d'artistes qui crient à la trahison.

Renault cède certains bijoux de famille et crée la polémique

La semaine prochaine, la maison Christie’s procèdera à la vente d’une sélection de 33 œuvres issues de la collection d’art Renault. Seront ainsi proposées des créations signées notamment par Jean Dubuffet, Robert Rauschenberg, Niki de Saint-Phalle, Henri Michaux ou bien encore Victor Vasarely, lesquelles comptent parmi les 550 pièces accumulées depuis 1967 dans une démarche visant à rapprocher l’entreprise du monde de l’art contemporain. « Véritable passerelle entre le monde de l’art et celui de l’industrie, cette collection témoigne de l’attachement ancien et durable que porte Renault Group à ses racines françaises et de sa volonté de continuer à faire battre le cœur de l’innovation industrielle, technologique et culturelle en France », expliquait ainsi Renault dans un communiqué daté de 2021. Le fruit de cette vente, qui devrait rapporter entre 4 et 6 millions d’euros, permettra d’alimenter un fonds de dotation qui abritera la collection d’art et une sélection de voitures historiques de la marque...et dont il faut espérer que le tout finira par être ouvert un jour exposé au grand public!

Seulement voilà, cette perspective suscite une vive polémique (encore une!) animée par des artistes et des ayant droits des artistes dont les œuvres font l’objet de la vente. Dans une tribune publiée cette semaine par Le Monde, ceux-ci estiment que  « Renault trahirait totalement son engagement envers les artistes si elle vendait les œuvres de sa collection. » Et ceux-ci d’ajouter que « ces œuvres devaient être mises à la disposition du personnel, dans les bureaux, les parties communes du siège et ses salles à manger, ou être prêtées à des institutions publiques pour être montrées au grand public lors d’expositions. L’esprit de ce mécénat était de constituer une collection indissociable, qui ne devait en aucun cas être revendue. C’est fort de cet engagement que les artistes ont contribué à ce projet novateur. » Dans ce contexte, le collectif considère que «prétendre vendre pour acheter du street art – c’est le projet de Renault – nous semble un tour de passe-passe inacceptable, qui mettrait à mal le concept même de mécénat industriel. Il faut arrêter cette dilapidation, et donc empêcher cette vente. » Et d’appeler les pouvoirs publics à intervenir, en forçant par exemple Renault à « confier ces œuvres à des musées français, qui pourront les accueillir et les exposer au plus grand public. »

Renault cède certains bijoux de famille et crée la polémique

On peut en effet se demander si l’entreprise, qui a connu des résultats historiques en 2023 avec un bénéfice net de 2,3 milliards d’euros, a réellement besoin des quelques millions que devraient lui rapporter l’opération menée par Christie’s, surtout avec des œuvres à l’estimation plutôt basse: «ce n’est pas très malin de mettre d’un coup sur le marché trente dessins de Michaux, estimés très bas, annoncés sans prix de réserve. Le message est clair : “On veut s’en débarrasser, baissez-vous pour les ramasser !” », déplore dans les colonnes du Monde Jean Frémon, de la galerie parisienne Lelong. « On vendait les œuvres à des prix qui tenaient compte du fait que cette collection était publique et qu’elle n’allait pas être revendue. »

Luca de Meo: "Nous sommes une marque populaire, qui est dans la rue." 

Renault cède certains bijoux de famille et crée la polémique

Reste que la vente est parfaitement légale, et Luca de Meo expose les choses ainsi dans Le Monde : « On ne vend que 10 % de la collection pour pouvoir restaurer et protéger le reste. Ce qu’on a choisi de vendre, c’est ce qui n’est pas pertinent par rapport à l’histoire de Renault pour, précisément, la préserver. […] Les œuvres deviennent dès lors inaliénables, si mon successeur n’aime pas l’art, il ne pourra pas y toucher ».

« Le bleu des médaillons rappelle le « bleu de travail » des ouvriers et les membres des « hommes en blancs » sont les aiguilles imaginaires de l’horloge du temps de travail », explique Jérôme Mesnager pour cette commande passée en septembre 2023 par Renault.
« Le bleu des médaillons rappelle le « bleu de travail » des ouvriers et les membres des « hommes en blancs » sont les aiguilles imaginaires de l’horloge du temps de travail », explique Jérôme Mesnager pour cette commande passée en septembre 2023 par Renault.

C’est ainsi que les prochaines commandes de Renault s’orienteront sur le street art, à l’image de celle passée en 2023 à Jérôme Mesnager. Celui-ci avait en effet pu peindre ses « Hommes en blanc » sur l’une des façades du Bâtiment X, à Boulogne, siège « historique » de la marque. « Y a-t-il un art majeur et un art mineur ? C’est comme si on me disait : “Pourquoi écouter du rap quand on a Beethoven ?”,. Nous sommes une marque populaire, qui est dans la rue. Cela colle à 200 % avec notre histoire. », conclut Luca de Meo.
Si la perspective de vous offrir une partie de cette histoire vous intéresse, l’exposition aura lieu du 30 mai au 6 juin et la vente se tiendra le 6 juin à 17h. Quant à la vente en ligne des dessins d’Henri Michaux, elle s’étalera du 30 mai au 7 juin.

Renault cède certains bijoux de famille et crée la polémique
Renault cède certains bijoux de famille et crée la polémique

Renault cède certains bijoux de famille et crée la polémique

 

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

SPONSORISE

Actualité Renault

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire