Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Les microcars, une spécialité automobile allemande

Dans Rétro / Saga des marques

Stéphane Schlesinger

Si, à l’heure actuelle, les Allemands sont réputés pour leurs fameux « premiums », les toutes petites voitures ont joué un grand rôle dans l’histoire automobile germanique, surtout dans l’immédiat après-guerre, en permettant à de nombreux foyers de se motoriser.

Minuscule Goggomobil T250 de 1954, incarnant bien les microcars allemands.
Minuscule Goggomobil T250 de 1954, incarnant bien les microcars allemands.

Allemagne, année zéro. En 1945, le 3e Reich, éliminé, laisse derrière lui un pays en ruines au sein d’un continent sinistré. Tout est à reconstruire, à commencer par l’industrie automobile. Le pouvoir d’achat étant réduit à néant ou presque, il n’est pas question pour les constructeurs de prospérer durant la période de reconstruction en proposant des modèles de luxe. Dans l'ombre de la VW Coccinelle, sont plutôt les tout petits engins qui ont la cote, ce qu’on appelle les « microcars », dont voici un aperçu.

Chose surprenante, ceux-ci ont parfois profité d’une sophistication assez étonnante. Surtout quand ils ont été créés par des avionneurs, comme Messerschmitt qui a lancé la Kabinenroller (KR) en 1953. On a beaucoup dit que cette KR175 récupérait la verrière du sinistre chasseur Me 109, en fait, elle ne fait que s’en inspirer. Avec son monocylindre Sachs, ce drôle d’engin, mélange d’avion et de moto mais doté de trois roues, flirtait avec les 80 km/h, voire 100 km/h dans son évolution KR200. On l’a par ailleurs vu dans le film Brazil.

Une Messerschmitt KR200 de 1955, une sorte de mélange d'avion et de moto. Elle vaut une fortune à l'heure actuelle !
Une Messerschmitt KR200 de 1955, une sorte de mélange d'avion et de moto. Elle vaut une fortune à l'heure actuelle !

Heinkel, un autre fabricant d’avions militaires, a lui aussi produit son microcar, très inspiré de l’Isetta italienne dont BMW a fait ses choux gras. La Kabine n’a été fabriquée qu’entre 1956 et 1958, en trois versions dont certaines pointaient à près de 100 km/h, grâce à un monocylindre à quatre temps. Fallait oser !

Isetta ? Non, Heinkel Kabine, une pâle imitation de 1956.
Isetta ? Non, Heinkel Kabine, une pâle imitation de 1956.

Toujours inspirée de l’aéronautique, il y a la Gutbrod Superior. Là, on accède une vraie automobile (3,50 m), dont la ligne craquante a certainement inspiré celle de la Nissan Figaro. Sous le capot de cette traction se trouve un bicylindre deux temps de 600 cm3. Apparue en 1950, elle ne rencontre pas initialement un grand succès, mais dès 1952, son moteur bénéficie d’une injection directe signée Bosch. Celle-ci est d’ailleurs similaire dans son principe à celle équipant le Me109. Ainsi, la Superior est-elle la 1re voiture essence de série à injection directe. Malheureusement, la production s’arrête en 1954.

Assez jolie, la Gutbrod Superior bénéficiera dès 1952 d'une injection directe !
Assez jolie, la Gutbrod Superior bénéficiera dès 1952 d'une injection directe !

Goliath le dispute à Gutbrod l’inauguration de l’injection directe. Car ce fabricant de microcars, comme son nom ne l’indique pas, a lui aussi commercialisé cette technologie dès 1952 sur sa GP700. Evoluant en GP900 dès 1955, elle connaît plus de succès que la Gutbrod. En 1957, la 1100 arbore un 4-cylindres 4 temps avant de devenir la Hansa 1100.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Simultanément, ou presque, à la Gutbrod Superior, la Goliath GP700 se parera d'une injection directe en 1952.
Simultanément, ou presque, à la Gutbrod Superior, la Goliath GP700 se parera d'une injection directe en 1952.

Goliath et Hansa appartenaient au groupe Borgward, tout comme Lloyd. Vous connaissez ? Contrairement à ce que ce nom suggère, il s’agit d’une marque allemande, qui produit pour le groupe dès 1950 le très bas de gamme, incarné par la toute petite 300. Sa technique rappelle nettement celle de la Goliath : traction à bicylindre transversal 2-temps. 13 ch pour 300 cm3, cela lui suffit pour pointer à 100 km/h. Elle sera remplacée par la 400 en 1953, elle-même supplantée par la 600 en 1957. La marque disparaît en 1961 avec le groupe Borgward, qui a pourtant su rivaliser avec Opel et VW dans les années 50.

Une Lloyd LP600 en 1957. Cette petite traction minimaliste rencontrera un succès certain.
Une Lloyd LP600 en 1957. Cette petite traction minimaliste rencontrera un succès certain.

Toujours à l’Ouest, Glas produira dès 1954 la minuscule Goggomobil T250, qui rencontrera un succès important. Là encore, il s’agit d’une auto à bicylindre deux-temps, mais monté à l’arrière. Il s’attèle à une boîte 4 alliée en option à une commande électromagnétique. Plus de 200 000 unités seront fabriquées jusqu’en 1969, après que Glas (qui a créé la petite Isard) est passé sous contrôle de BMW (lui-même sauvé par les petites Isetta, 600 et 700).

Sa conception originale mais inaboutie et son prix élevé condamneront la Zündapp Janus à l'échec. Ici, en 1956.
Sa conception originale mais inaboutie et son prix élevé condamneront la Zündapp Janus à l'échec. Ici, en 1956.

Les spécialistes de la moto ont, eux aussi, produit des microcars comme Zündapp. Celui-ci commercialise la Janus en 1956, qui est en fait une auto conçue par l’avionneur Dornier. Originale, elle implante son moteur au centre et place les passagers de part et d’autre. Surtout, elle est totalement symétrique ! Malheureusement, chère et peu rassurante à conduire, elle se vendra peu.

La DKW F89 récupère la technique des modèles d'avant-guerre (2-temps, traction) et sera copiée. Ici en 1950.
La DKW F89 récupère la technique des modèles d'avant-guerre (2-temps, traction) et sera copiée. Ici en 1950.

On ne peut pas parler de spécialistes de la moto sans passer par DKW. Ce constructeur majeur s’est illustré en produisant avant-guerre quelques-unes des premières tractions de l’Histoire, à moteur 2-temps. En 1950, il sort la F89, animée par un bicylindre de 684 cm3 (23 ch) qui l’emmène à 100 km/h. Malheureusement pour DKW, une partie des ses installation se trouve côté RDA, où l’on va fabriquer l’IFA F9, très proche. Celle-ci connaîtra son petit succès et sera remplacée par la Wartburg 311, bien plus imposante.

L'IFA F9, presque une copie est-allemande de la DWK F89. Elle aussi se vendra bien, avant d'engendrer la Wartburg.
L'IFA F9, presque une copie est-allemande de la DWK F89. Elle aussi se vendra bien, avant d'engendrer la Wartburg.

Toujours chez les héritiers de DKW, on trouve la marque Zwickau, du nom de la ville où se trouve l’usine. Après avoir produit la DKW F8 d’avant-guerre sous la marque IFA, il sort la petite et improbable P70 en 1955 sur la même base (traction à bicylindre deux-temps) mais arborant une drôle de carrosserie en Duroplast. Cela ne vous rappelle rien ? Bien sûr, la Trabant. D’ailleurs, c’est elle qui remplacera la P70 dès 1958 !

Vous la reconnaissez ? C'est la Trabant, ici une P50 de 1958, antérieure à la célèbre 601.
Vous la reconnaissez ? C'est la Trabant, ici une P50 de 1958, antérieure à la célèbre 601.

Aujourd’hui, il ne reste rien de ces engins parfois improbables, parfois sophistiqués, car ils ont disparu avec l’élévation du niveau de vie outre-Rhin. Il en va de même pour Rovin en France ou les voitures Vespa en Italie (la fameuse 400, que nous avons connue ici). Mais les sans-permis profitent à l’heure actuelle d’un fameux regain d’intérêt, porté par la minuscule Citroën Ami. Et si elles incarnaient une sorte de voie de salut comme leurs devancières des années 50 – 60, dans un contexte de décroissance ? Espérons… que non !

SPONSORISE

Avis Voiturette

Toute l'actualité

Essais et comparatifs

Commentaires ()

Déposer un commentaire