Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Il suffit d'écouter Richard Gotainer pour s'apercevoir que rien n'a changé pour l'homme à l'auto

Dans Loisirs / Autres actu loisirs

Michel Holtz

C'est un vieux 45 tours exhumé qui nous fait découvrir qu'en presque un demi-siècle, la vie de l'automobiliste n'a pas tellement évolué. Du moins en ce qui concerne le stress, les embouteillages et les énervements divers.

L'homme à l'auto. Une simple face B d'un 45 tours de 1976
L'homme à l'auto. Une simple face B d'un 45 tours de 1976

C’est une chanson d’avant le temps ou Richard Gotainer était le chanteur du Sempa ou du Youki. Une époque ou ses mélodies se glissaient dans les oreilles françaises et marquaient le tempo des années quatre-vingt par transistors et plateaux télé interposés.

Lorsqu'en 1976, il enregistre cet homme à l’auto, en référence à  l’homme à la moto d’Édith Piaf, Gotainer n'est qu'un publicitaire spécialisé dans les Jingles. C’est une simple face B d'un 45 tours qui ne sera pas disque d'or et ou l’on découvre, pas loin de 50 ans plus tard, que pas grand-chose n’a changé pour l’automobiliste lambda.

"Patate ! Chauffeur de mes deux !"

Le stress, les embouteillages et le temps perdu sont déjà à l’ordre du jour, quatre ans après la Complainte de l'heure de pointe de Joe Dassin. « J'accélère, je me grouille, oh oh, je m'faufile, je bidouille. C'est le sort et c'est le lot de l'homme à l'auto » chante Gotainer qui, au passage, s’énerve contre ses contemporains. « Patate ! Chauffeur de mes deux ! Si je rate mon rencard, je prends un mec au hasard et j'lui mets un ou deux coups de poing dans les yeux ». 48 ans plus tard, on constate, un brin effarés, que 67 % de français admettent insulter d’autres conducteurs.

« Laisse tomber ta patinette, viens faire des galipettes ».

Les ennuis mécaniques, les rendez-vous à honorer et le plein à faire ? Autant de galères qui elles non plus n’ont pas trop changé. « J'ai l'embrayage qui patine, mon réservoir crie famine
Ce satané rendez-vous va me rendre fou ! ». Heureusement, celui qui arborait un look de baba très seventies à cette époque-là, avant de devenir le dandy de la décennie suivante, se voit moquer à chaque refrain par une voix féminine. « Au feu rouge, tu as rêvé, les doigts dans le nez ».

Mais elle est également chargée de calmer l’automobiliste énervé. « Laisse tomber ta patinette, viens faire des galipettes ». La parole de l’automobiliste mâle des années soixante-dix, comme de toutes les époques, n’est pas toujours d’argent, mais celle de sa conjointe est souvent d’or.

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Mots clés :

SPONSORISE

Toute l'actualité

Essais et comparatifs

Commentaires ()

Déposer un commentaire