Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Et voici la Bugatti Tourbillon, supercar hybride et hurlante de 1800 chevaux

Dans Nouveautés / Nouveaux modèles

Cédric Pinatel

La rumeur était donc vraie. Remplaçante de la Chiron, la nouvelle Bugatti Tourbillon enterre l’énorme W16 né avec la Veyron et le remplace par un nouveau moteur hybride encore plus fou. En France, elle échappera peut-être au malus écologique...

Voici la Bugatti Tourbillon, remplaçante de la Chiron qui remplaçait elle-même la Veyron.
Voici la Bugatti Tourbillon, remplaçante de la Chiron qui remplaçait elle-même la Veyron.

Voilà enfin la remplaçante de la Bugatti Chiron. Depuis l’arrivée de la précédente supercar de la marque de Molsheim en 2016, la marque a changé de propriétaire et appartient désormais à Rimac tout en restant étroitement lié au groupe Volkswagen via la participation de Porsche. Mais le style de la nouvelle voiture de sport de Bugatti ne change pas tant que ça par rapport à la Chiron.

La Tourbillon conserve une silhouette relativement proche de son prédécesseur, avec toujours un « C » sur le profil autour de la portière mais une allure un peu plus élancée (probablement liée à l’évolution de sa mécanique thermique). Elle mesure 4,67 mètres de long, ce qui reste à la fois plus court qu’une Lamborghini Revuelto (4,97 mètres) mais aussi plus long qu’une Chiron (4,54 mètres). Le dessin de sa poupe rappelle celui de La Voiture Noire et de la Mistral, mais avec un diffuseur hypertrophié.

La Bugatti Tourbillon possède des portes à ouverture en élytre, contrairement aux Veyron et Chiron.
La Bugatti Tourbillon possède des portes à ouverture en élytre, contrairement aux Veyron et Chiron.

L’intérieur ne marque pas non plus une véritable rupture au niveau de son design, dont l’esprit ne change pas par rapport à celui de la Chiron. Il devient simplement plus moderne, avec un travail dans le détail très impressionnant qui rappelle un peu certaines productions de Spyker ou Pagani. Il n’y a que du carbone, du cuir et du métal et on remarque une tablette qui peut s’ajouter à la console centrale (elle apparaît en deux secondes en appuyant sur un bouton). Le cadran principal du combiné d’instrumentation analogique indique 550 km/h en vitesse maximale. Les sièges sont fixes, comme dans une Ferrari LaFerrari (il faut déplacer le volant et le pédalier pour régler la position de conduite).

Le moyeu du volant est fixe. Comme sur une Citroën C4, diront les amateurs de la marque aux chevrons.
Le moyeu du volant est fixe. Comme sur une Citroën C4, diront les amateurs de la marque aux chevrons.

La structure du châssis se compose toujours de fibre de carbone, mais avec une technologie de fabrication plus moderne et de la fibre « T800 » plus légère d’après Bugatti. Les suspensions multibras avant et arrière sont elles en aluminium forgé au lieu de l’acier sur la précédente Chiron, permettant d’alléger ces pièces de 45%.

1800 chevaux, 445 km/h en pointe, des accélérations qui font peur

Au lieu du W16 quadriturbo de huit litres de la Chiron (et de la Veyron avant elle), la Tourbillon utilise un V16 atmosphérique de 8,3 litres signé Cosworth en position centrale arrière. Le bloc développe 1000 chevaux en puissance maximale et prend jusqu’à 9 000 trs/min en régime maximal (on ne connaît pas encore le chiffre du couple). Il pèse 252 kg et se combine à trois moteurs électriques : deux entraînent les roues avant et un troisième s’accouple au train arrière, comme sur une Lamborghini Revuelto. 

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

La Bugatti Tourbillon à côté de ses prédécesseurs (la Chiron, la Veyron et l'EB110).
La Bugatti Tourbillon à côté de ses prédécesseurs (la Chiron, la Veyron et l'EB110).

Puissance maximale cumulée ? 1 800 chevaux. Les performances ? 0 à 100 km/h en 2,0 secondes, 0 à 200 en moins de 5 secondes, 0 à 300 en moins de 10 secondes, 0 à 400 en moins de 25 secondes, 445 km/h en vitesse de pointe. La Rimac Nevera électrique reste légèrement devant (0 à 100 en 1,81 seconde, 0 à 200 en 4,42 secondes, 0 à 300 en 9,22 secondes, 0 à 400 en 21,31 secondes), même si la Tourbillon peut théoriquement s’en rapprocher de très près. Bugatti annonce par ailleurs une masse de 1 995 kg (comme la Chiron !), à cause des grosses batteries de 25 kWh permettant à l’auto de parcourir 60 km en tout électrique. Elle pourrait échapper au malus écologique français !

3,8 millions d’euros

Chaussée de Michelin Pilot Sport Cup 2 sur mesure, la Bugatti Tourbillon se limitera à 250 unités au prix de base de 3,8 millions d’euros. Avant de démarrer sa production, Bugatti doit encore terminer celle de la Bolide de circuit et de la Mistral cabriolet. Et on a très hâte de voir si les sensations de pilotage, le confort et les performances de cette nouvelle œuvre d’art surclassent les prestations très spéciales de la Chiron.

Photos (26)

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Bugatti

Toute l'actualité

Forum Bugatti

Commentaires ()

Déposer un commentaire