Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Commentaires - L'avis propriétaire du jour : foofighter nous parle de sa Saab 900 II Turbo SE Carlsson

Manuel Cailliot

L'avis propriétaire du jour : foofighter nous parle de sa Saab 900 II Turbo SE Carlsson

Déposer un commentaire

Par Anonyme

La boîte de vitesse doit avoir un problème, j'avais une 900 NG Talladega avec une boîte sans viscosité ni craquement. Et je ne comprends pas comment cette 185 ch passe à 8 cv fiscaux. Mon actuelle est une 9-3 1998 de 154 ch, et je suis à 10 cv fiscaux, quand la 134 ch est déjà à 9 cv fiscaux. Les rapport sont pourtant tout aussi longs. Les seuls 900NG à rapports "sportifs" étant les Aero et les Montecarlo.

Par

C'est bien une 8 cv fiscaux. L'ancien calcul du cheval fiscal (datant de 1978) à souvent favorisé les moteurs turbo. En effet, la cylindrée du moteur était pris en compte pour ce calcul, entre autres.

Ex : une R5 turbo 1 1397 cc 160 ch et 6 cv fiscaux. Une R11 GTX 1721 cc et 82 ch est une 7 cv fiscaux ! C'est idiot mais c'est ainsi !

Ce turbo est un 2. L, et la Talladega a un 2.3 L, et après un calcul savant, le turbo est bien moins pénalisé que le votre.

La nouvelle réglementation, qui date de 1998, a changé la donne, puisque rentrent en compte, la puissance réelle (en Kw) et les émissions de Co2.

Ceci explique cela !

Par Anonyme

Ah bé, c'est pas juste ! :cry:

Par

...d'un autre coté, à part la carte grise , on s'en fout un peu des chevaux fiscaux hein, depuis que le Jospin à supprimé la vignette.

Par §saa452RJ

En réponse à roc et gravillon

...d'un autre coté, à part la carte grise , on s'en fout un peu des chevaux fiscaux hein, depuis que le Jospin à supprimé la vignette.

   

La carte grise et... l'assurance !!

 

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

Par

Tss tss, il y a bien longtemps que la fixation des montant des cotisations d'assurance n'est plus indexé sur la puissance fiscale.

Faudrait pas prendre les dizaine de miliers d'employés de tous poils de ce secteur pour des arcandiers ( voir l'exemple plus haut : m'sieu, c'est pas trop normal que ma R5 turbo 6 cv coûte plus cher à assurer que la R11 du pépé qui est une 7 cv.)

Pour faire vraiment simple, ces primes sont fixées à travers des grilles complexes estimant le prix de vente catalogue ,la puissance réelle, la "dangerosité" potentielle de l'auto( reprenant souvent aussi les validations EURONCAP) , le coût des pièces détachées à travers un panier moyen sur les pièces les plus exposées + main d'oeuvre constructeur + statistiques de vol.

Passe le tout à la moulinette et tu obtiens une quotation que de toute façon , tu trouveras troujours trop chère mon bon Saabilen, vu qu'il ne t'es arrivé , ne t'arrive et ne t'arrivera jamais rien sur route vu a perfection de ton comportement sur nos chaussées.

Par §saa452RJ

En réponse à roc et gravillon

Tss tss, il y a bien longtemps que la fixation des montant des cotisations d'assurance n'est plus indexé sur la puissance fiscale.

Faudrait pas prendre les dizaine de miliers d'employés de tous poils de ce secteur pour des arcandiers ( voir l'exemple plus haut : m'sieu, c'est pas trop normal que ma R5 turbo 6 cv coûte plus cher à assurer que la R11 du pépé qui est une 7 cv.)

Pour faire vraiment simple, ces primes sont fixées à travers des grilles complexes estimant le prix de vente catalogue ,la puissance réelle, la "dangerosité" potentielle de l'auto( reprenant souvent aussi les validations EURONCAP) , le coût des pièces détachées à travers un panier moyen sur les pièces les plus exposées + main d'oeuvre constructeur + statistiques de vol.

Passe le tout à la moulinette et tu obtiens une quotation que de toute façon , tu trouveras troujours trop chère mon bon Saabilen, vu qu'il ne t'es arrivé , ne t'arrive et ne t'arrivera jamais rien sur route vu a perfection de ton comportement sur nos chaussées.

   

Quand j'ai fait un devis pour une Viggen ça a tout de suite fait sauter ma bourse. J'ai peut-être une mauvaise société d'assurance ?! Je confirme, il ne m'est encore jamais rien arrivé sur route. Mais p'têt' qu'avec une Viggen...

Par

Et les Saab vont hélas toutes devenir des collectors, vu la tournure des derniers évenements !!! Un beau gâchis quand même !

Par Anonyme

Pour avoir conduit une Saab 9000 CSE pendant quelques années, je dois avouer que c'était une très bonne bagnole : les 200 cv étaient bien là, et l'association d'une cylindrée correcte (2.3l) avec un turbo basse pression permettait des reprises vraiment surprenantes tout en maintenant une conso relativement sage (du moins sans trop tirer dessus ...).

Le tout associé à des sièges quasi-parfaits et une fabrication très sérieuse même si pas très tape-à-l'oeil, ça donnait une routière vraiment agréable que je regrette encore aujourd'hui.

C'est malheureux, mais aujourd'hui les acheteurs préfèrent des merdes clinquantes et inconfortables à des voitures inclassables mais attachantes comme l'ont été les "vraies" Saab de la belle époque ...

Par §foo407LE

Bon, il est temps de faire le point : ça fait plus de 2 ans que j'ai l'auto maintenant, et il faut avouer qu'au moment de l'essai elle le tournait pas tout à fait rond. La boite de vitesse récalcitrante, c'est fini. Bon, elle n'est évidemment pas douce comme celle d'auto mazoutée moderne, mais c'est mieux ainsi, on voit que l'auto est vivante. C'est curieux quand même, car un mauvais fonctionnement de l'auto, notamment au niveau du turbo ou de ses accessoires, rendait la boite accrocheuse. Comme j'ai eu pas mal de souci de turbo depuis (electrovanne, durite, turbo en lui même qui a été changé, le précédent étant d'origine avait 240 000 km), j'ai pu constater plusieurs fois la différence. Du coup, les performances initiales au moment de mon commentaire étaient un peu amoindries, et l'effet turbo est plus prononcé qu'avant ! Donc, oui, la note pourrait être revue à la hausse (quoi que le prix des pièces, astronomique, est plutôt dissuasif !!!)

Par §Tal720GJ

En réponse à §foo407LE

Bon, il est temps de faire le point : ça fait plus de 2 ans que j'ai l'auto maintenant, et il faut avouer qu'au moment de l'essai elle le tournait pas tout à fait rond. La boite de vitesse récalcitrante, c'est fini. Bon, elle n'est évidemment pas douce comme celle d'auto mazoutée moderne, mais c'est mieux ainsi, on voit que l'auto est vivante. C'est curieux quand même, car un mauvais fonctionnement de l'auto, notamment au niveau du turbo ou de ses accessoires, rendait la boite accrocheuse. Comme j'ai eu pas mal de souci de turbo depuis (electrovanne, durite, turbo en lui même qui a été changé, le précédent étant d'origine avait 240 000 km), j'ai pu constater plusieurs fois la différence. Du coup, les performances initiales au moment de mon commentaire étaient un peu amoindries, et l'effet turbo est plus prononcé qu'avant ! Donc, oui, la note pourrait être revue à la hausse (quoi que le prix des pièces, astronomique, est plutôt dissuasif !!!)

   

Si je peux me permettre, il n'est pas très prudent de mettre autre chose que du SP98 dans une Saab 900 NG. Même si elle est homologuée pour de l'E10, celui-ci dessèche les durites et, d'après ce que j'ai lu, n'est pas très bon pour le turbo.

Je suis propriétaire d'une 900 NG coupé Talladega S, 2 litres atmosphérique, 130 CV, 1997. Je l'ai achetée d'occasion à 64.000 km en 2002 ; elle en a 200.000 aujourd'hui. Après presque treize ans d'utilisation, j'ai toujours autant de plaisir à la conduire et je ne me lasse pas de son design.

Certes, le 2 litres atmo de 130 CV n'est pas un foudre de guerre : il ne faut rien lui demander au-dessous de 2300 tours. Mais il a des accélérations franches et des reprises très correctes.

Au titre des points faibles : Les pièces de rechange sont coûteuses, et lentes à arriver. La consommation est au standard des années 1990 : 8,5 l/100 km à 130 km/h sur autoroute, vers 11,5 l en ville. La visibilité arrière est médiocre (j'ai plusieurs fois esquinté le pare-chocs en reculant), les phares n'éclairent pas beaucoup. Notons les banals effets du vieillissement, ainsi l'embrayage qui couine ou les claquements du train avant (les saabistes l'appellent le klong), rien de problématique au demeurant.

Au titre des points forts : L'immense plaisir de conduite. La 900 NG est un paquebot sur autoroute, mais elle est très maniable en ville. Même en trois portes comme la mienne, c'est une très bonne voiture familiale, grâce à son coffre gigantesque et son ergonomie quasi-parfaite. Le prix d'achat est dérisoire sur le marché de l'occasion : la mienne vaut à peine 1.500 € à l'argus. Dernier point fort : le forum Saabsportclub, mené par des saabistes passionnés, qui sont de très bon conseil pour les petits ou gros bobos.

En treize ans d'utilisation, j'ai toujours eu à changer de petites choses à droite à gauche (joint de distributeur d'allumage qui bavait l'huile, rien de grave ; vérins du hayon arrière ; pompe à eau en préventif ; câblage de commande des sièges rabattables ; lampes de tableau de bord, etc.). Ma 900 ne m'a laissé sur le bord de la route que deux fois : une batterie au sortir de l'hiver, et une poulie et une courroie d'accessoires qui ont lâché.

Bref, correctement entretenue, c'est-à-dire amoureusement, la 900 NG est un modèle de fiabilité et d'endurance. Avec son design indémodable, c'est un peu une Jaguar, l'ergonomie et la fiabilité en plus.

 

SPONSORISE

Avis Saab 900 (2e Generation)

900 (2e Generation) (1997)

Par §Tal720GJ le 04/03/2015

Entièrement d'accord avec le post, sauf sur un point : l'embrayage n'est pas fragile. Le mien en est à 200.000 et reste pleinement opérationnel. Quoique, par temps humide, l'embrayage émet un couinement bizarre au démarrage en 1ère, mais comme cela fait 100.000 km que ça dure, je m'en accommode. Effectivement, le train avant n'est pas terrible : claquements et grincements viennent avec le vieillissement. Barres de torsion ? Coupelles d'amortisseurs ? Personne n'a pu me dire. Mais ce défaut est récurrent sur les NG et ne doit pas inquiéter. Ça grince, ça claque et on s'en fiche. Autre point faible à surveiller, de près celui-là : sur les moteurs B204 (2 litres) et B234 (2,3 litres) turbo (L) ou atmo (I), les poulies de la courroie d'accessoires (les arbres à cames, eux, sont entraînés par chaîne) se grippent et lâchent, rompant la courroie, et heurtant éventuellement la pompe à eau qui se grippe à son tour et peut entamer le bloc moteur (coût des réparations astronomique). Bref : surveiller régulièrement le jeu de ces poulies, ne pas hésiter à les changer et aussi la pompe à eau préventivement. C'est ce que j'ai fait à 160.000 km car la pompe à eau avait un peu de jeu, après avoir été heurtée par une poulie partie en voyage avec la courroie. En treize ans d'utilisation à ce jour, ce fut la seule panne sérieuse. Touchons du bois.Le joint de cache-culbuteurs, au sommet de la culasse, peut baver de l'huile au niveau de la tête d'allumage. Le moteur peut se couvrir d'un peu d'huile, ce qui peut inquiéter, mais n'a aucune gravité. J'ai changé ce joint en même temps que la tête d'allumage et cela ne bave plus.On dit, mais cela ne m'est pas arrivé, que, entre 150.000 et 200.000 km, le moteur peut commencer à faire de la mayonnaise comme si le joint de culasse était mort. Souvent, il suffit de resserrer la culasse. C'est un défaut de ces moteurs, surtout les turbo B204L et B234L. Et des moteurs essence de la génération suivante (B205 et B235) si j'ai bien compris.Ce qui ne doit en rien entamer la légende non usurpée d'extrêmes longévité et robustesse des moteurs B204 et B234 (les B205 et B235, je ne suis pas juge).Dernier détail : sur chaussée mouillée, la tenue de route peut être prise en défaut. Pendant un orage, j'ai fait de l'aquaplaning devant chez moi à 35 km/h et j'ai plié une roue contre un trottoir. Total : un demi-train avant à changer intégralement. Je n'ose pas dire le prix.Pour le reste, cette voiture est du plaisir pur. Élégante et décalée, rassurante, mais très énergique au-dessus de 3500 tours (même avec mon 2 litres atmosphérique).On dit qu'une 900 NG bien entretenue va très au-delà de 350.000 kilomètres.

900 (2e Generation) II TURBO SE TALLADEGA 3P (1997)

Par §mar726fx le 11/07/2014

J'ai eu la chance de posseder deux SAAB, je cherche a en prendre une troisième même si les voitures sont démodées ou vieilles, les avis sont subjectifs donc difficile de dire si vous avez raison ou non, personnellement j'ai eu deux SAAB Turbo 185 cv, et que dire si ce n'est qu'elles ont été à la hauteur de mes esperances! hormis un train avant pas très convaincant, le reste est vraiment excellent, le confort est au rendez vous : même sur route dégradées si l'on respecte les limitations de vitesse, la voiture est confortable, sur autoroute c'est le summum, des reprises dignes d'une GTI de maintenant!! une sellerie cuir avec un maintient au delà des standards germanique, un coffre avec une capacité hors normes, une tenue de route dans les virages bluffante et surtout sur route enneigée!! le véhicule est stable, la motricité est exemplaire, après il ne faut pas s'attendre à une voiture de course ou de rallye mais pour une berline de route avec cette puissance, SAAB en offre largement, bien au delà d'autres concurrents, c'est une belle GT avec un petit I tout de même. Aujourd'hui ce modèle reste une valeur sure car petite puissance fiscale avec beaucoup de chevaux, un couple digne de gros mazout, un entretien minimal et si l'on est raisonnable, une consommation normale et financièrement supportable même pour petits budgets. Cette marque est mal connue, merci à la presse automobile qui n'a d'yeux que pour les allemandes et quelques françaises...pourtant les suédoises avaient les arguments supérieurs... mais bon...Saab n'avait pas les moyens de les payer suffisamment pour que leur avis diverge...(?) enfin pour l'accès aux passagers arrière, Saab aurait pu apporter un effort sur l'accès car parfois en position incliné, le siège rabattu a tendance à se coincé sur le plafond...le câble pour ouvrir et plier le siège n'est pas fiable, tout comme l'embrayage qui est LE point faible de la voiture, un conseil, verifiez toujours la dureté de la pédale d'embrayage lorsque vous achetez une occasion et dites vous bien que l'embrayage dépasse peu les 160 000 km, don si vous pensez acheter une occasion dans ces kilométrages, assurez vous que l'embrayage ne soit plus d'origine...car c'est inévitable, il vous lâchera!! toutefois n'hésitez pas selon le prix à vous faire plaisir car ce modèle est accessible est franchement loin d'être dépassé actuellement au chapitre de l'originalité et des sensations ressenties sur la route!

900 (2e Generation) II TURBO SE CARLSSON 3P (1996)

Par §foo407LE le 12/08/2011

Il s'agit pour moi d'un véhicule acheté d'occasion pour une bouchée de pain début 2011, avec 225 000 km au compteur. Ce kilométrage, et même bien plus, est fréquent sur ce modèle, preuve de sa fiabilité ; car avec 3000 km parcouru depuis mon achat je ne peux pas juger ce poste.Même si elle n'a pas le charme de la première mouture des 900, cette "NG" (comme New Generation) conserve une ligne élégante et constitue une évolution "dans la continuité" du modèle précédent. Le côté exclusif de l'auto (60 exemplaires seulement) m'a attiré, mais à priori rien (ou très peu de chose) ne distingue cette série limitée d'une 2.0 turbo "classique" en finition SE, que ça soit au niveau de l'équipement ou de l'esthétique. Bon, soyons clair d'entrée, ce n'est évidemment pas une "GTI", mais une bonne GT. Car si les performances sont très correctes avec ses 185 canassons, on ne les ressent pas beaucoup : absence de "coup de pied au cul" et moteur relativement silencieux y sont sans doute pour quelque chose. Mais quand on regarde le compteur, on s'aperçoit vite qu'on roule à des vitesses largement prohibées. Si on reste un peu dans les tours, la boîte 5 compte d'ailleurs 2 rapports de trop ! Inutile de dire que les dépassements se font à une vitesse éclair, pour peu qu'on n'hésite pas à "tomber" un ou deux rapports, car sous les 3000 tours le moteur est quand même bien creux.Cette boîte de vitesses, parlons-en. Elle tire déjà un peu long (ben oui, c'est le revers de la médaille de la bonne surprise des 8 CV fiscaux seulement), et elle est d'un maniement peu agréable pour qui est habitué à des modèles récents aux passages rapides et doux. Ainsi, surtout à froid, il faut bien décomposer les mouvements sous peine de provoquer quelques craquements désagréables (ah, maudite marche arrière !)Le confort, n'est pas la qualité première de l'auto quand le révêtement se dégrade. Encore une fois, c'est une auto parfaite pour le "ruban", beaucoup moins pour une spéciale du Tour de Corse. Après, cette auto n'est pas désagréable non plus à l'approche des virages : elle vire même plutôt à plat et vite, mais l'agilité n'est pas son fort avec plus de 1,3 tonnes.Niveau consommation, en se faisant un peu plaisir question accélérations, on doit pouvoir rester sous les 9 l/100km. L'auto supporte à priori bien l'éthanol jusqu'à 50% selon certaines sources, aussi je m'y suis risqué pour réduire ma facture carburant. Après 5-6 pleins, je dois dire que je n'ai noté aucun dysfonctionnement. De toute façon, l'auto étant bien fournie en électronique et notamment du système APC (qui permet de faire varier la pression du turbo en fonction de la qualité du carburant), elle signale le moindre problème au niveau de l'alimentation. Bien évidemment, avec 50% d'éthanol, l'auto consomme davantage : un bon 10 litres. Mais au prix de l'éthanol, l'opération reste largement rentable, car le réservoir se remplit pour moins cher qu'un plein de gazole !Quand on entre dans l'auto, on découvre un intérieur... noir ! Tout est de cette couleur sur cette série limitée. C'est un peu triste, mais un revêtement en bois peut facilement se poser et apporter un peu de chaleur. La planche de bord conserve malgré tout une certaine originalité, toute acquise au conducteur. Tout tombe bien sous la main, c'est l'essentiel, mêmes si les boutons de commande des vitres électriques sont situés, comme souvent dans les années 90, à un endroit incongru (entre les sièges AV). L'équipement est complet (pour l'époque), et comprend la climatisation automatique (son fonctionnement est à priori très élaboré, avec 3 ou 4 capteurs différents, mais je ne peux pas juger : la mienne ne fonctionne pas !), le régulateur de vitesse, l'intérieur cuir, des jantes 16', la trappe à skis et l'antenne télescopique, équipements très en vogue à l'époque. On trouve aussi des basiques de nos jours comme la direction assistée, la fermeture centralisée à distance, la banquette rabattable 2/3 - 1/3. Il y a enfin quelques originalités très suédoises, comme les essuie-phares AV, et les gros boutons du tableau de bord qui se doivent d'être manipulables avec des gants bien épais ! Bon, après, c'est vrai que les plstiques sont inégaux, et certains font vraiment "cheap" pour une auto qui dépassait allégrement les 200 000 Francs à sa sortie !La "Carlsson" n'est disponible qu'en 3 portes, mais la 2.0T "normale" est aussi disponible en 5 portes : bon point pour les familles, d'autant que le coffre est gigantesque.Au final, je dirais que la 900 NG motorisée par ce 2.0 turbo de 185 ch est une bonne GT, rapide et sécurisante pourvu que le revêtement soit plat et droit, mais qu'elle est avare en sensations : elle démontre que la puissance ne fait pas tout. Mais il ne faut pas s'y tromper : même si elles sont asseptisées, les performances sont bien là. Et si vous la prenez pour ce qu'elle est, c'est à dire une bonne routière, cette 900 NG 2.0T saura largement vous contenter, surtout au prix où elle se trouve de nos jours !

Forum Saab 900 (2e Generation)