Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    
Publi info

Abarth 500 (2008 – 2015), la supercar des villes, dès 7 500 €

Judicieusement préparée par Abarth, la petite 500 a marqué les esprits par son tempérament bouillant ainsi que sa capacité à convertir ses défauts en sources de sensations. Des bombinettes comme ça, il n’y en aura plus…

L'Abarth 500 se séduit pas que par son look ravageur, c'est aussi une formidable petite machine à sensations. Ici, en 2008.
L'Abarth 500 se séduit pas que par son look ravageur, c'est aussi une formidable petite machine à sensations. Ici, en 2008.

Les collectionnables, c’est quoi ?

Ce sont des autos revêtant un intérêt particulier, donc méritant d’être préservées. Pas forcément anciennes, elles existent pourtant en quantité définie, soit parce que le constructeur en a décidé ainsi, soit parce que leur production est arrêtée. Ensuite, elles profitent de particularités qui les rendent spécialement désirables : une motorisation, un châssis, un design, ou un concept. Enfin, elles sont susceptibles de voir leur cote augmenter. Un argument supplémentaire pour les collectionner avant tout le monde !

Pourquoi l'Abarth 500 est-elle collectionnable ?

Dédiée aux sensations plus qu'à l'efficacité pure, l'Abarth 500 vrombit, éructe, saute et marche fort. On s'amuse constamment à son volant, sans même avoir à rouler vite, ce qui, à l'heure actuelle, est une grande qualité. Surtout, la bombinette italienne a pour descendante une électrique, efficace certes, mais bien plus chère et moins amusante. C'est donc le moment de mettre de côté les plus belles Abarth 500, leur cote pouvant partir à la hausse.

 

 

 

 

 

Abonnez-vous à la newsletter de Caradisiac

Recevez toute l’actualité automobile

L’adresse email, renseignée dans ce formulaire, est traitée par GROUPE LA CENTRALE en qualité de responsable de traitement.

Cette donnée est utilisée pour vous adresser des informations sur nos offres, actualités et évènements (newsletters, alertes, invitations et autres publications).

Si vous l’avez accepté, cette donnée sera transmise à nos partenaires, en tant que responsables de traitement, pour vous permettre de recevoir leur communication par voie électronique.

Vous disposez d’un droit d’accès, de rectification, d’effacement de ces données, d’un droit de limitation du traitement, d’un droit d’opposition, du droit à la portabilité de vos données et du droit d’introduire une réclamation auprès d’une autorité de contrôle (en France, la CNIL). Vous pouvez également retirer à tout moment votre consentement au traitement de vos données. Pour en savoir plus sur le traitement de vos données : www.caradisiac.com/general/confidentialite/

 

 

 

 

Avant d’œuvrer à la tête de Renault, Luca de Meo a mis en place le plan-produit de la nouvelle Fiat 500. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il a été brillant ! Remarquablement dessinée, la petite italienne est dévoilée le 4 juillet 2007 en grande pompe à Turin. J’y étais, et je n’ai jamais vu un lancement aussi démesuré ! Cela a bien servi la Fiat, qui par la suite a bénéficié d’une animation de gamme permanente, passant en 2008 par son passage sous le blason Abarth.

Lancée en juillet 2007, la Fiat 500 dérive de la Panda II. Sa ligne, due à Roberto Giolito, n'a absolument pas vieilli.
Lancée en juillet 2007, la Fiat 500 dérive de la Panda II. Sa ligne, due à Roberto Giolito, n'a absolument pas vieilli.

Cette fois, il ne s’agit plus d’une appellation désignant des variantes sportives de modèles existants, mais bien d’une marque à part entière, dirigée par… Luca de Meo. L’Abarth 500 accueille l’excellent 1,4 l T-Jet déjà vu dans l'Abarth Grande Punto, lancée quelques mois auparavant. Evolution du remarquable bloc Fire apparu en 1985, ce 4-cylindres suralimenté par un turbo IHI développe ici 135 ch.

Soit un cheval de moins que le 1,4 l de la Punto GT en 1993. Mais les normes de dépollution ne sont pas les mêmes ! Si la Fiat 500 1.4 100 ch dispose d’une boîte 6, l’Abarth se contente de 5 rapports, ce qui n’est pas si grave vu son couple de 206 Nm.

Bouclier avant étiré, jupes latérales, aileron, grosses jantes : l'Abarth 500, lancée en 2008, a une sacrée allure !
Bouclier avant étiré, jupes latérales, aileron, grosses jantes : l'Abarth 500, lancée en 2008, a une sacrée allure !

Côté châssis, la bombinette au scorpion affermit sa suspension, réduit sa garde au sol, élargit ses voies, et adopte une barre antiroulis arrière renforcée. Pour habiller le tout, l’Abarth adopte des boucliers spécifiques, celui de l’avant s’allongeant pour permettre l’installation du turbo. On note aussi l’adoption de jupes latérales, d’un béquet arrière et de jantes alliage 16 (17 en option) dessinées spécialement. Il faut bien ça pour garder sur la route cette citadine au court empattement de 2,30 m qui pointe à 205 km/h et atteint les 100 km/h en 7,9 s.

La double sortie d'échappement de l'Abarth 500 n'est pas là pour décorer : elle sonne vraiment bien.
La double sortie d'échappement de l'Abarth 500 n'est pas là pour décorer : elle sonne vraiment bien.

Elle se passe de vrai différentiel à glissement limité, confiant la répartition du couple à l’électronique via le système TTC. La petite 500 bénéficie donc d’une préparation profonde, qui se poursuit dans l’habitacle, où l’instrumentation et les sièges sont nouveaux. L’équipement se veut riche, puisqu’il inclut la clim auto, la hifi Interscope avec commandes au volant, le Bluetooth (ici appelé Blue&Me), l’airbag de genoux voire l’ESP.

Tant mieux car à 18 500 € (22 300 € actuels selon l’Insee), l’Abarth compte parmi les plus chères de sa catégorie. Et cela s’aggrave si on opte pour le kit Esse Esse. Facturé 3 000 €, celui-ci booste la puissance à 160 ch, apporte des ressorts courts, des jantes OZ de 17, et un filtre à air BMC. Il doit être monté en concession : peu de clients le choisiront.

Le kit Esse Esse, livré dans une caisse en bois, affermit la suspension et booste la cavalerie à 160 ch.
Le kit Esse Esse, livré dans une caisse en bois, affermit la suspension et booste la cavalerie à 160 ch.

Au salon de Genève 2010, l’Abarth 500 se décline en cabriolet, variante d’abord proposée en 140 ch avec une boîte robotisée mono-embrayage. Elle attendra 2011 pour se décliner en 135 ch manuelle et pour pouvoir bénéficier du kit Esse Esse. L’Abarth 500 berline gagne la boîte robotisée optionnelle (et ses 140 ch) en 2012, puis n’évoluera plus guère jusqu’à son retrait en 2015, le relai étant pris par les 595/695, dévoilées initialement en 2009 et qui méritent un article dédié.

Lancé en 2010, le Cabriolet est d'abord proposé avec une boîte robotisée et un bloc porté à 140 ch. On les retrouvera sur la berline.
Lancé en 2010, le Cabriolet est d'abord proposé avec une boîte robotisée et un bloc porté à 140 ch. On les retrouvera sur la berline.

Combien ça coûte ?

En bon état, l’Abarth 500 berline se dégotte dès 7 500 €, en affichant plus de 150 000 km. Comptez 8 500 € pour une auto de 120 000 km environ et 9 500 € pour passer sous les 100 000 km. A 12 000 €, on trouve des exemplaires aux alentours de 50 000 km. Les Cabriolet coûtent environ 500 € supplémentaires, ce à quoi on ajoute encore 1 000 € pour une Esse Esse. Pas de surcoût en revanche pour la boîte robotisée.

En 2011, l'Abarth 500 Cabriolet peut enfin recevoir le kit Esse Esse, ainsi que la boîte manuelle associée au moteur 135 ch.
En 2011, l'Abarth 500 Cabriolet peut enfin recevoir le kit Esse Esse, ainsi que la boîte manuelle associée au moteur 135 ch.

Quelle version choisir ?

La 135 ch manuelle suffit amplement, la boîte robotisée ayant ses défauts. Ensuite, entre berline ou cabriolet, ce sera une question de préférence personnelle.

En 2008, l'Abarth 500 Da cento a zero célèbre les 100 ans de Carlo Abarth, et bénéficie du bloc 160 ch. 101 unités seront produites : pur collector.
En 2008, l'Abarth 500 Da cento a zero célèbre les 100 ans de Carlo Abarth, et bénéficie du bloc 160 ch. 101 unités seront produites : pur collector.

Les versions collector

Il y a eu une édition de lancement Opening Edition, dont les 100 unités ont presque toutes été vendues en Italie. On trouve aussi la série limitée Da cento a zero, créée fin 2008 pour les 100 ans de Carlo Abarth : 101 unités réservées à l'Italie. Ensuite, les rares Cabriolet Esse Esse sont à rechercher, avant les berlines. Enfin, toute Abarth 500 en parfait état d’origine devient un collector, surtout à faible kilométrage et avec les options qui vont bien : cuir, toit panoramique…

De conception simple, le moteur de l'Abarth 500 se montre très solide. Surveillez tout de même la pompe à eau à partir de 60 000 km.
De conception simple, le moteur de l'Abarth 500 se montre très solide. Surveillez tout de même la pompe à eau à partir de 60 000 km.

Que surveiller ?

Eprouvé et relativement simple (pas d’injection directe par exemple), le moteur de l’Abarth 500 se révèle très solide, s’il est respecté. En divisant par deux l’intervalle de vidange (renouvelez l’huile tous les 15 000 km maxi) préconisé, on s’épargne les quelques casses de turbo recensées, et on changera la courroie de distribution avant 120 000 km (une opération simple), et les bougies tous les 30 000 km. Une consommation d’huile de 0,5 l/1 000 km est normale, donc surveillez le niveau.

Attention, la pompe à eau a tendance à fuir vers les 60 000 km. Pas de soucis non plus côté transmission, là encore si la voiture n’a pas été utilisée par des bourrins. Côté suspension, surveillez les biellettes de barre stabilisatrice, aisées à changer. Pour sa part, l’habitacle vieillit très correctement, à quelques bugs du Blue&Me près. Enfin, la carrosserie ne rouille pas, mais attention, les buses de lave-glace et les poignées de porte sont assez fragiles. En somme, une petite bombe bien faite.

L'Abarth 500, ici en 2008, propose un savoureux mélange de sensations et de performances.
L'Abarth 500, ici en 2008, propose un savoureux mélange de sensations et de performances.

Sur la route

Oui, la bouille de l’Abarth 500 fait craquer, même 15 ans après son lancement. On a le même coup de cœur dans l’habitacle, puis on s’y installe et on constate que la position de conduite reste imparfaite, par la faute du volant non réglable en profondeur. On s’y fait. Surtout que dès le réveil du moteur, la sonorité de l’échappement, rauque et sportive, donne le sourire. Un peu atone à très bas régime, il révèle un punch étonnant passé 2 000 tr/min, surtout en mode Sport, qui libère toute la cavalerie et affermit la direction. Il prend 6 500 tr/min sans hésiter, mais donne le meilleur avant 5 500 tr/min.

Présentation pimpante, équipement complet et finition très convenable caractérisent le cockpit de l'Abarth 500, ici en 2008. Mais la position de conduite reste imparfaite.
Présentation pimpante, équipement complet et finition très convenable caractérisent le cockpit de l'Abarth 500, ici en 2008. Mais la position de conduite reste imparfaite.

La boîte, très bien étagée, lui va bien, et sa commande en hauteur se révèle très pratique, mais, si elle est douce, elle manque de guidage. Pour sa part, le châssis étonne. En bien. L’Abarth profite de trains bien guidés, d’un excellent grip et d’une motricité excellente. Son train avant mord bien les virages, l’arrière se place aisément, et c’est là qu’on aimerait débrancher l’ESP. Mais s’il est relâché en Sport, il reste toujours actif : un peu frustrant.

Heureusement, les freins sont puissants et endurants, même si la poupe louvoie quand on écrase la pédale du milieu. Sur route, la suspension n’est pas le bout de bois qu’on imagine, mais demeure ferme et a tendance à secouer sur les bosses : on n’achètera pas l’Abarth pour son confort ! Mais on s'amuse tout le temps, et elle consomme raisonnablement, 7,5 l/100 km en moyenne, plaisirs compris.

 

L’alternative youngtimer

Autobianchi A112 Abarth (1971 - 1985)

Même si elle se contente au mieux de 70 ch, l'Autobianchi A112 Abarth, ici en 1984, se montre efficace et très amusante.
Même si elle se contente au mieux de 70 ch, l'Autobianchi A112 Abarth, ici en 1984, se montre efficace et très amusante.

Petite traction chic et vive, l’A112 Abarth est la vraie inspiratrice de l’Abarth 500. Lancée en 1969, l’A112 bénéficie des bons soins d’Abarth en 1971. Son petit 982 cm3 développe 58 ch, ce qui, allié à ses 660 petits kilos, lui permet d’accrocher les 150 km/h. Appréciée pour son agrément et son efficacité, elle verra sa carrière s’étirer jusqu’en 1985, durant laquelle elle connaîtra six évolutions plus ou moins importantes.

Cela dit, sa puissance ne progressera qu’une fois. En 1975, son 4-cylindres culbuté passe à 1 049 cm3 pour 70 ch (160 km/h au maxi), alors qu’en 1979, elle reçoit un tout nouveau tableau de bord, ainsi que, en option, une boîte 5. En 1982, de gros boucliers tentent de la moderniser, et elle tire sa révérence non sans avoir vu sa dotation s’enrichir encore en avril 1984. Au total, plus de 100 000 A112 Abarth, réparties en 7 séries, sortiront des chaînes. A partir de 10 000 €.

Notez à gauche la jauge de turbo associée à un indicateur de changement de rapport. Une des spécificités de l'Abarth 500, ici en 2008.
Notez à gauche la jauge de turbo associée à un indicateur de changement de rapport. Une des spécificités de l'Abarth 500, ici en 2008.

Abarth 500 (2009), la fiche technique

  • Moteur : 4 cylindres en ligne, 1 368 cm3
  • Alimentation : injection, turbo
  • Suspension : jambes Mcpherson, triangles, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs, barre antiroulis (AV), essieu de torsion, ressorts hélicoïdaux, amortisseurs, barre antiroulis (AR)
  • Transmission : boîte 5 manuelle, traction
  • Puissance : 135 ch à 5 500 tr/min
  • Couple : 206 Nm à 3 000 tr/min
  • Poids : 1 035 kg
  • Vitesse maxi : 205 km/h (donnée constructeur)
  • 0 à 100 km/h : 7,9 s (donnée constructeur)

> Pour trouver des Abarth 500 d'occasion, rendez-vous sur le site de La Centrale.

En savoir plus sur : Abarth 500 (2e Generation)

Abarth 500 (2e Generation)

SPONSORISE

Achetez votre Abarth 500 (2e Generation)

En occasion avec La Centrale

Avis Abarth 500 (2e Generation)

500 (2e Generation) II 1.4 TURBO T-JET 135 (2010)

Par Diabolik147 le 26/11/2023

Bonjour, J'ai une version de 2010 donc série 1 avec 135chrien a redire du véhicule , je suis amoureux de ma voiture ,elle est exceptionnelle, le seul ik et le prix des pièces ou de l'entretien qui augmente chaque année . 2022 , 4 litres d'huile 89€ ,2023 dans la même concession les mêmes 4 litres d'huile 169€ on me dit c'est l'inflation , 4 bougies 100€ , 25€ pièces sans compter la main d'oeuvre bref je ne vous parle pas du prix du reste des pièces. Ne faites jamais confiance à votre concessionnaire car j'ai apporté mon véhicule pour un entretien chez fiat et le chef d'atelier est parti avec mon véhicule faire une petite balade de 100 kms pour son plaisir perso , c'est ça le sérieux de certains responsables de garage. Sinon mon véhicule ne m'a apporté que du plaisir , je le vois chaque jours que je sors avec, les yeux de ceux qui me rencontre, elle attire le regard malgré ces 13 ans d'activité . Si vous devez faire un choix je vous la conseille car c'est un véhicule qui vous donne la banane quand vous êtes a son volant . Le seul conseil que je peux vous faire lors de l'achat contrôler les sous bassement, faites un essai avec le véhicule pour entendre tout bruits suspect et vérifier la gaine du passage de câble qui se trouve à gauche de la malle arrière car a force d'ouvrir et fermé le coffre les câbles ont tendance à se casser et faire de mauvais contacts qui se verront au niveau de l'ordinateur de bord . Mais les voitures italiennes sont connues pour n'être pas trop fiable avec leurs systèmes électrique. Mais n'ayez pas peur , il n'y a pas de secret, faites l'entretien régulièrement et n'attendait pas des qu'il y a une réparation a faire et tout ira pour le mieux. Moi en tout cas je ne regrette pas mon achat car elle n'a pas bougé question état en 13 ans . Merci Carlo Abarth 😁

500 (2e Generation) II 1.4 TURBO 16V T-JET 160 TURISMO MSQ (2015)

Par ND22 le 18/06/2023

Vous êtes SADOMASO🪠 ? Vous êtes fan des CALL-GIRL👠. LISEZ...'..'.Boite Automatique👎, vidange tous les 25'000km, huile surchauffe et s'évapore, motif trop près du moteur. Il a fallut 1ans est parcourir 70'000km, pour s'appercevoir de ce gros défaut de fabrication.... / Électronique... plusieurs sonde changer (*Capteur de pression collecteur d'admission* 88.30chf), pour la gestion boite auto. /Essuie-glace moteur changé a 354.45chf + 99.45chf main d'oeuvre...Phare arrière prend l'eau...changer les deux... Bar stabilisatrice gauche + Droite... Après tout ça, j'ai décidé de la transformer pour la rendre vraiment Sportive, comme une vraie ABARTH de ce non.. TRANSFORMATION... A...237ch...😼Rabaissement, Turbo Garrett™ a roulement 4'000chf, kata 1'000€, Sonde, Reprogrammation 790chf, coque retroviseur Carbonne, palettes volant Carbonne... Investissement de 10'000 chf...🤑...Mon avis Perso.*D'Origine 😭160ch, bof, Stabilité pas terrible avec les suspensions sous vire dans les virage, confort siège..pas assez large trop étroit (1m82 pour 91kg), Qualité du (faux-cuir) très médiocre ce déteint facilement.Boite Automatique 5, fragile... huile s'évapore rapidement (Défaut fabrication USINE) nécessite une vidange tous les 25'000km, 🕯️ bougies a changé tous les 30'000km... Courroie de distribution tous les 5ans ou 90'000km (encore une connerie de fabrication d'usine) compté 1'000chf. Bref pour moi une vraie, fausse Sportive... Sauf si vous avez les moyens de remettre 10'000 Euro sur la table pour la transformer...a 31'000€ en neuf ça ne les vaut pas du tous.... On peut trouvé mieux Renault clio 4 R.S Trophy (220ch), (Daihatsu YRV Turbo (140ch)...le top fiabilité)... Donc a moins de vous ruiner je vous déconseille vivement, ABARTH 595 ou 695... fiabilité pas au top, demande beaucoup d'entretien très coûteux, Confort pas au rendez-vous, la qualité des matériaux et l'assemblage de la carrosserie, vous fait vite penses a une voiture plemobile.. matériaux fiat bas de gamme, plastic, cuir (simili), pare-choc avant, grillage riveté collé...🤣...BREF FUYER...

Essais Abarth 500 (2e Generation)

Forum Abarth 500 (2e Generation)

Amortisseur

Par Invité blue2022 le 21/12/2023 à 15:13

Commentaires ()

Déposer un commentaire